Le blog du Lifestyle : l'actualité dietplus, la perte de poids & le bien-être.

Valérie-Pessac-1200x600
Valérie-Pessac-1200x600

Valérie a perdu 6kg, elle est ensuite devenue coach dietplus

Avant d’ouvrir son centre à Pessac (Gironde), Valérie Mathé a fait l’expérience du rééquilibrage alimentaire dietplus.

Comment s’est passée votre perte de poids ? 

Après qu’une amie a suivi le protocole dietplus, j’ai pris rendez-vous au centre de Mérignac. J’avais à perdre quelques kilos « de confort ». Tout s’est très bien passé. J’ai été très satisfaite du suivi hebdomadaire ainsi que de l’accompagnement dont j’ai bénéficié. 

Comment êtes-vous ensuite devenue coach dietplus ? 

Je ne saurais pas dire pourquoi, mais je suis allée sur Internet afin de me renseigner sur le concept. J’ai fait cette démarche plus ou moins inconsciemment. Il est vrai qu’après 20 ans de carrière dans la banque, j’avais envie d’autre chose, dans le domaine du bien-être. J’ai découvert les témoignages des franchisés dietplus : tous semblaient épanouis dans leur activité. Et comme aucune qualification spécifique n’était demandée pour devenir coach, cela m’a paru possible et j’ai pris contact. 

Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce métier ? 

Dans mes activités bancaires, j’adorais accompagner mes clients. J’ai été attirée par l’idée de continuer à le faire, mais dans un autre domaine.

En parlant d’accompagnement, quel a été celui de dietplus tout au long de votre projet ?

Nous avons validé ensemble le local que j’ai choisi pour mon centre. Ensuite, tout s’est fait facilement et en douceur. Mes attentes ont été satisfaites. La formation que j’ai reçue était très enrichissante. Ainsi, j’ai pu commencer mon activité en étant immédiatement à l’aise.

Votre expérience personnelle du protocole vous est-elle utile aujourd’hui ?

Un an et demi après la fin de ma perte de poids, je peux témoigner que tout se passe bien. Par exemple, auparavant, j’étais « Madame Yaourt », j’en mangeais vraiment beaucoup… et aujourd’hui ce n’est plus le cas. Je peux prouver qu’il est possible de changer ses habitudes. Aussi, je peux comprendre les attentes des personnes que je rencontre, parce que j’ai vécu les mêmes situations.

Qu’appréciez-vous dans votre métier de coach ?

J’adore les relations privilégiées que j’ai avec mes clients. Pour moi, ce sont d’ailleurs plus que des clients ! Des liens forts se sont créés entre eux et moi. Chaque rendez-vous est différent, avec parfois son lot d’émotions.

Avez-vous un dernier message à faire passer ?

Coach dietplus est un métier très riche : on donne et on reçoit beaucoup. Changer la vie d’autrui, rendre le sourire à quelqu’un, c’est magique !

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin

Du 11 au 17 octobre, Constance Charavay et Catherine Guezennec ont participé au Rally Adventure, en Géorgie. Dans ce pays aux confins de l’Europe orientale, à bord de leur 4×4, le dépaysement était total par rapport à leur cadre habituel (le centre dietplus de Langon pour Constance, celui de Carbon-Blanc pour Catherine) !

Si l’on vous dit noir du Brésil, Jaune de Paris ou Bleu de Hongrie, vous pensez à un nuancier ?

Le bureau, c’est le lieu de toutes les dérives alimentaires ! Entre les croissants, les petits cadeaux et les pots de départ… gare aux entorses à vos bonnes résolutions. Faire un écart ponctuellement ?

Une baisse d’énergie passagère (à ne pas confondre avec la fatigue chronique) peut arriver à différents moments de la journée. Quand le coup de pompe survient, c’est souvent déjà trop tard. Et autant le dire tout de suite : grignoter des aliments sucrés (gâteaux, bonbons…) en escomptant un boost d’énergie magique n’est pas la solution ! En la matière, il vaut mieux prévenir que guérir, en agissant en amont, au quotidien. A commencer par l’alimentation !